Retour

L'enfant qui voulait être un ours

L'enfant qui voulait être un ours

Un film réalisé par Jannik Hastrup

Copyright : © 2002 Les Armateurs/Dansk Tegnefilm APS 2/France 3 Cinéma/Carrère Group

Durée : 75’

Genre : Long Métrage d’animation 2D

Nationalité : Franco-danoise

Cible : Familiale

Date de sortie en salles en France : 18 décembre 2002

 

L’HISTOIRE :
Poursuivi par une meute de loups, un couple d’ours blancs court à perdre haleine sur la banquise. Ils échappent de justesse à leurs poursuivants mais l’ourse perd le petit qu’elle s’apprêtait à mettre au monde.
Maman ours est inconsolable, alors le mâle s’introduit dans une maison et enlève un nourrisson. Il ramène ce petit à sa compagne, qui fait d’abord mine de l’ignorer, puis ne peut s’empêcher de le prendre contre elle pour le réchauffer. Le nourrisson a trouvé une nouvelle mère… Durant de longues années, il sera élevé en tous points comme un petit ours, jusqu’à ce que son père naturel finisse par le retrouver. De retour parmi les hommes, l’enfant est malheureux. Incapable de s’adapter à sa nouvelle vie, il se prend à souhaiter l’impossible : devenir un ours !
 

Crédits

Producteurs délégués : Didier Brunner, Marie Bro

Coproducteurs : Les Armateurs, Dansk Tegnefilm produktion 2, France 3 Cinéma, Carrère Group

Histoire originale : Bent Haller

Adaptation et dialogues : Michel Fessler

Réalisation : Jannik Hastrup

Musique : Bruno Coulais

Editions musicales : Les Armateurs / A Ghajatta / France Télévisions Distribution

Album disponible chez Virgin

Distribution salles France : Gebeka Films

Distribution vidéo France : France Télévisions Distribution

Distribution Internationale : France Télévisions Distribution

Diffusions TV : Canal +, France 3, Ciné Cinéma, TPS

Edition littéraire : Milan

 

Avec la participation de Canal+ et TV2 Danmark

Avec le soutien de Det Danske Filminstitut, Eurimages, Nordic Film & Television Fund

Det Norske Filminstitutt, Conseil Général  de la Charente, Conseil Régional de Poitou Charentes, Centre National de la Cinématographie (CNC)

Prix :

Festival International du Film de Berlin – Prix du Deutsches Kinderhilfswerk (Allemagne, 2003) / Festival du Film pour Enfants de Buster - Best Nordic Children’s Film – (Copenhague, Danemark, 2003) / Festival du Film pour Enfants de Chicago – Prix du jury des adultes et Prix du jury des enfants (Chicago, USA, 2003) 

Bande-annonce

Interviews

UN CONTE INUIT

 
Derrière la légende, il y a tout le réel, l’imaginaire et l’humour de ces petits hommes et femmes esquimaux qui peuplent le désert blanc du Grand Nord. L’histoire est racontée à leur façon, simple et directe.
C’est le récit d’un apprentissage de la vie. Une quête d’identité.
Si certaines scènes peuvent paraître impressionnantes, c’est que ces peuples chassent les ours blancs depuis des temps immémoriaux. Ce grand animal, le plus dangereux qu’ils puissent rencontrer sur la banquise, est au centre de leur peur et de leur mythologie.
J’ai tenu à garder la fraîcheur, l’authenticité et la naïveté de leur regard dans le « style » et le « design » développés spécifiquement pour ce film. Cela me permet de montrer la magnificence du paysage arctique et de faire ressentir les qualités mythiques et universelles de ce conte. Le trait est fin, caractéristique du style épuré asiatique. C’est une animation traditionnelle, faite au crayon et au pinceau.
 
Jannik Hastrup, réalisateur
 
 
NE PAS PERDRE LE NORD
 
Au pôle Nord, l’ours règne en maître sur les quelques rares espèces qui se sont adaptées à la rude vie des immensités polaires. Son unique prédateur, l’homme, après l’avoir intensément chassé, fait aujourd’hui peser sur lui des menaces plus sournoises. Du haut de son royaume, l’ours nous regarde avancer, nous étendre, nous répandre, déverser sans conscience nos déchets à la mer, qui s’accumulent dans son corps. La banquise, son territoire de chasse, subit la lente érosion du réchauffement climatique.
Mais que pèse la vie de l’ours dans la marche du monde ? Nous rêvons tous encore d’ours, d’esquimaux et d’igloos… Quel serait le devenir de l’Homme peu à peu amputé des grands inspirateurs de ses rêves ?
Je me suis souvent aventuré sur le territoire des ours, j’en ai même rencontrés, et tous m’ont témoigné le même message à l’adresse de l’humanité : attention à ne pas perdre le Nord.
 
Jean-Louis Etienne, médecin explorateur