Retour

T'choupi et le mystère des jouets

T'choupi et le mystère des jouets
Un film réalisé par Jean-Luc François
D'après les personnages créés par Thierry Courtin
Copyright : © 2004 Les Armateurs/RG Prince Films/Mélusine Productions/TEVA          
Durée : 70’
Genre : Long Métrage d’animation 2D
Nationalité : France, Corée du Sud, Luxembourg
Cible : 2 à 7 ans
Date de sortie en salles en France : 7 avril 2004
 
L’HISTOIRE :
Chouette ! C'est les vacances et T'choupi et Doudou découvrent les joies du bord de mer... Un beau matin, alors que tous les enfants jouent tranquillement, leurs jouets disparaissent mystérieusement y compris Doudou, l'ami de T'choupi. Commence alors une enquête palpitante... Voici Pilou, Lalou, T'choupi, embarqués dans une nouvelle aventure, prêts à tout pour démasquer le mystérieux voleur et retrouver leurs fidèles compagnons !
 

Crédits

Producteur délégué : Didier Brunner

Coproducteurs : Les Armateurs, RG Prince Films, Mélusine Productions, Teva

Scénario, adaptation et dialogues : Michel Fessler, Marine Locatelli et Didier Lejeune

Réalisation : Jean-Luc François

Graphisme : Thierry Courtin

Musique : Dominique Rossi

Chansons du film : JP Nataf

Éditions musicales : Les Armateurs / Dominique Rossi / Malifusic

Album disponible chez Naïve

Distribution salle France : Gebeka Films

Distribution vidéo France : Universal Pictures Vidéo France

Distribution Internationale : Celluloid Dreams

Droits dérivés France : VIP

Edition littéraire : Nathan

Diffusions TV : Canal +, M6, Tiji, Cinécinéma

 

Avec la participation de Canal +

Avec le soutien du Centre National de La Cinématographie et de la Procirep

Avec le soutien de la Région Poitou-Charentes et du Conseil Général de la Charente

Avec la participation du Fonds national de soutien à la production audiovisuelle du Grand-Duché de Luxembourg

Extrait

Interview Jean-Luc François (Réalisateur)

La réalisation

Voyage au pays de l’enfance

Par Jean-Luc François, réalisateur

 

Comment parler de ce film sans commencer par vous raconter le nombre de rencontres formidables que j’ai fait durant toute sa production et comment avec tous ces gens passionnés et passionnants nous avons travaillé dans une totale osmose, enrichissante et amusante. En résumé : on s’est bien marrés !!…
 
Pourtant l’éclatement de la production aux quatre coins du globe pour des raisons de coproduction paraissait une configuration difficile. Mais je pense que c’est une des force de ce film, chacun ayant apporté sa pierre à l’ouvrage. L’autre moteur fort est tout simplement T’choupi et ses copains. Nous sommes tous tombés sous le charme de ces enfants espiègles qui ont cette faculté de passer du rire aux larmes, de faire vivre leurs jouets. Grâce à eux toute l’équipe s’est retrouvée sur un thème universel : celui de l’enfance. La nostalgie, les souvenirs d’enfance, nos propres enfants que l’on voit grandir,  ont été, je pense, un lien qui nous a uni durant toute la production. Peut être sommes nous aussi des grands enfants, nous passons nos journées à dessiner…
 
Les personnages paraissent graphiquement simples. Ils donnent l’impression d’avoir des proportions « réalistes ». Pourtant ils ont tous des têtes énormes, parfaitement rondes et sans cou, ils sont « court sur pattes » et plutôt rondouillards. De ce fait, il n’était pas aisé d’obtenir une animation expressive et dynamique. L’autre difficulté a été de leur donner des expressions fortes et émouvantes car leurs visages sont très épurés. Sans  détails,  les nuances sont difficile à obtenir.
 
Pour faire vivre des vraies aventures à T’choupi et pour s’éloigner de la série que j’avais réalisée,  les enfants ont grandi (ils sont maintenant à la grande école…). Par contre, j’ai continué à enrichir l’univers graphique que j’avais développé auparavant : un monde sortie d’une bonbonnière, tout rond, qui semble « gonflé à la pompe à vélo », où les angles vifs et les droites agressives n’existent pas. Je voulais que le village de T’choupi et ses environs ressemblent à mon village natal pour sa place avec son monument aux morts, ses meules de foin et ses bois remplis de cabanes dans les arbres. Un mélange de Bretagne pour la mer et le port, du Midi pour les couleurs des maisons et son ciel bleu. Une sorte de T’choupi-ville sur mer.
 
J’espère que le public, enfants et parents confondus partageront toutes ces sensations qui nous ont portées pendant toute la réalisation de ce film.