Retour

Allez Raconte (saisons 1 et 2)

Allez Raconte (saisons 1 et 2)

Une série réalisée par Jean-Christophe Roger et Jean-Luc François (Saison 1) / par Frédéric Mège et Jean-Christophe Roger (Saison 2)

D’après la bande-dessinée créée par Lewis Trondheim et José Parrondo, publiée aux Editions Delcourt

Copyright : © 2006 Les Armateurs/2 Minutes (Saison 1)

© 2008 Les Armateurs/2 Minutes (Saison 2)

Format : 54 x 6’ (Saison 1), 36 x 6’ (Saison 2)

Genre : Série d’animation en flash

Nationalité : France

Cible : 6 / 10 ans

L’HISTOIRE
Des histoires pour s’endormir ? Pierre et Jeanne demandent à leur père de leur raconter une histoire pour les aider à s’endormir. Le père a bien envie d’aller regarder le match de foot à la télé, les enfants veulent des histoires. Une fois que le père est avec eux, les enfants en veulent toujours plus : plus de monstres, plus de coups bas, plus de drames…
Toujours plus d’histoires !
 

Crédits

Producteur délégué : Didier Brunner (Les Armateurs)
Producteur exécutif : Philippe Baudart
Producteur associé : Jean-Michel Spiner
Coproducteurs : Les Armateurs / 2 Minutes
Œuvre d’origine : Allez Raconte, de Lewis Trondheim et José Parrondo, publiée aux Editions Delcourt
Réalisateurs : Jean-Christophe Roger et Jean-Luc François (saison 1) / Frédéric Mège et Jean-Christophe Roger (saison 2)
Graphisme : José Parrondo
Bible littéraire et direction d’écriture : Lewis Trondheim
Musique : Robert-Marcel Lepage
Musique générique : Lewis Trondheim et José Parrondo
Editions musicales : Les Armateurs / Robert-Marcel Lepage
Distribution vidéo France : SND
Ventes étranger : SND
Droits dérivés France : Delcourt
Edition littéraire : Delcourt
Diffusion TV : M6

Avec la participation de M6 Unité Jeunesse, du Centre National de la Cinématographie, du Département de la Charente et de la Région Poitou Charentes.
Avec le soutien de la Procirep – Société des Producteurs et de l’Angoa-Agicoa

Extrait

Interview Dany Boon

Quel est votre rôle dans « Allez Raconte ! » ?
 
Je fais le rôle du papa des deux enfants.
Le papa qui raconte des histoires, qui les invente. C’est peut-être banal, sauf que là c’est très délirant… et drôle.
 
J’ai enregistré un texte sous la conduite d’un réalisateur, qui me laissait délirer et qui me dirigeait en sachant ce qu’il voulait animer.
Comme on a la chance que ce soit un dessin-animé français, c’était plus libre. On ne doublait pas un dialogue existant, tout était à créer, à inventer. Ce qui est intéressant, c’est que je fais tous les bruitages de tous les monstres, les princesses, tous les personnages, c’est tout l’intérêt. Ce qui est très joli, c’est cette simplicité là justement. C’est que le père invente tout.
 
J’ai inventé les bruitages, ils viennent naturellement en fait. C’est en fonction des histoires principalement.
 
D’abord j’adore faire des voix de dessins animés car il y a une grande liberté et puis c’est pour les enfants. Ca j’adore et puis, mes enfants sont très fiers quand ils voient qu’il y a un dessin animé dans lequel je suis. Ils sont dans un univers un peu différent.

Ce qui est intéressant quand on fait un doublage de dessin animé, quand on fait cette création là, c’est que c’est libre, très inventif et c’est pour les enfants.
Je raconte des histoires à mes enfants et à ma femme quand je rentre tard le soir (rires).
Pour mes enfants, quand je raconte des histoires, c’est des histoires que j’invente. Les meilleures histoires, c’est celles qu’on invente à sa femme pour mentir, car on est en difficulté. (rires). J’adore lire des histoires aussi.
Quand ils sont petits, c’est un peu plus simple. Donc c’était très marrant qu’on me propose ça car c’est proche de ce que je fais à mes enfants. Après, en grandissant, ils veulent des choses plus complexes. Ce qui est le cas de ce dessin animé. Sinon, je leur lis des bouquins, je leur lis des textes de Raymond Devos. Ca, ils adorent, j’ai fait ça cet été, je leur ai lu des textes de Raymond Devos et ils adorent.

Les secrets d’une histoire réussie, c’est une histoire inventive, moderne, avec des ingrédients qui parlent à tout le monde, un peu de morale dedans, de délires, un peu d’obscénité, des gros mots, tout ça, un petit peu d’interdits… C’est avant tout une histoire qui emmène les enfants dans un univers. Ce qui est intéressant dans le dessin de ce dessin animé, c’est qu’il y a cette vision d’enfant simple, un côté très enfantin et en même temps très moderne car ça parle aussi aux adultes. Les sujets sont parfois très modernes, comme des fois quand votre enfant sort un truc, comme le divorce par exemple, ce qui est très étonnant. Il ne faut pas prendre les enfants pour des abrutis. D’ailleurs c’est le public le plus difficile. Moi j’ai joué quand j’étais dessinateur, je faisais des spectacles pour les enfants à Noel. C’est un public connaisseur, et il décroche très vite. Si ça ne lui plaît pas, il ne va pas faire preuve de politesse, il baillera et dira « c’est chiant ton truc ». Pour prendre la tension et emmener les enfants dans un univers, une aventure, il faut que l’histoire soit forte.

Comment je fais pour terminer l’histoire quand il est tard et qu’il est l’heure de dormir ? Le personnage meurt, d’une maladie grave. Le docteur essaie de le sauver mais ça ne marche pas. Il essaie de le sauver mais ça ne marche pas car c’est un mauvais médecin. Même le médecin meurt. Du coup, l’histoire est finie. C’est pas sûr qu’ils dorment tout de suite mais ils sont couchés tôt. Non, en général, s’il est tard, ça dépend s’ils ont école le lendemain. Si c’est le cas, ça arrive que je ne raconte pas d’histoire. Punis ! (rires)

Un conseil à donner à un jeune papa qui lit la 1ere histoire de sa vie à son enfant. Déjà, rien que le fait de le faire, même s’il est maladroit, il n’y a aucun conseil à donner. C’est tellement merveilleux le regard de son enfant qui écoute. C’est un moment d’intimité, d’échange, très intense. Donc il n’y a pas vraiment de conseil à donner, juste que le père prenne le temps de raconter l’histoire parce que souvent, il arrive, il fait un bisou et demande « tu t’es brossé les dents ? ».

Moi ce que j’adore c’est que j’imagine que quand mes enfants s’endorment, ils partent en rêve dans ce qu’on s’est raconté, dans l’échange qu’on a eu. Quand on est père, qu’on travaille, on a moins de temps. C’est un moment très important.