Retour

Ovulacion !

Ovulacion !
Un film d’Anne-Sophie Salles
Avec Estelle Vincent, Dominique Guillo
Copyright : © 2006 Les Armateurs/Spirit Productions/Cube Creative Computer Company/Piste Rouge
Durée : 15’
Genre : Court métrage en prises de vue réelles
Nationalité : France
Cible : Adulte
Année de sortie : 2006

L’HISTOIRE
Quelle couleur va indiquer le test de grossesse de la jeune comédienne Lou ? Blanc, elle est sauvée, pas de bébé en vue. Bleu, c’est l’horreur…ou presque. Mais Lou n’a pas le temps de découvrir le résultat que Cassio, son compagnon de metteur en scène, l’a déjà plantée de force sur un trapèze pour répéter…les « Dialogues des carmélites », ou plus exactement Sœur Blanche de l’Agonie du Christ !
 

Crédits

Producteur délégué : Didier Brunner (Les Armateurs)

Producteurs associés : Lionel Fages (Cube Creative Computer Company), Bruno Seznec (Piste Rouge), Eric Jacquot (Spirit)

Directeur de production : François Castets

Coproducteurs : Les Armateurs / Cube Creative Computer Company / Piste Rouge / Spirit Productions

Réalisation et scénario : Anne-Sophie Salles

Dialogues : Anne-Sophie Salles

Musique : Pierre Caillet

Distribution salle France : Les Armateurs

Distribution vidéo France : Premium Films

Distribution Internationale : Les Armateurs

Note d'intention d'Anne-Sophie Salles - réalisatrice

En tant que femme, jeune réalisatrice, trentenaire, je cherche depuis longtemps à aborder un sujet qui me trouble : le non désir de grossesse...et toute sa symphonie : la peur (légitime !) de l’accouchement, la transformation / déformation du corps, l’impact que tous ces événements peuvent avoir sur un couple.
 
Parler d’un tel sujet n’est pas chose facile, voire tabou, à plus forte raison lorsque l’on est soi-même une femme. Alors que la maternité est largement considérée comme l’aboutissement de la vie de femme, la concrétisation de la féminité, l’enfantement n’est pas un acte qui va de soi !
 
Et comment l’exprimer, oser dire qu’être enceinte n’est pas forcément « magique », qu’un ventre rond n’est pas nécessairement « touchant », que nous n’avons pas toutes le même courage devant les douleurs de l’accouchement, l’appréhension de devenir maman ? Comment surmonter la culpabilité de refuser de donner la vie ? Comment le faire comprendre, à son homme, sa mère, la société toute entière ?
 
Je ne savais comment traiter ce thème sans être didactique, hyper réaliste, clinique, brutale. Alors j’ai choisi le parti pris inverse : une histoire onirique, à la fois dans la réalité - la répétition d’un spectacle - et qui glisse soudain sans prévenir vers un récit totalement imaginaire, un peu fantastique – l’inconscient de Lou - dévoilant ainsi ses fantasmes, ses craintes les plus intimes.
 
Les personnages

Entre quiproquos, incompréhension, violence et tendresse, le couple se cherche pour finalement mieux se retrouver... mais il traverse une sacrée épreuve ! Et bien que ce sujet soit par définition féminin, j’ai envie d’y impliquer un homme, de mettre son point de vue, son désarroi, ses encouragements attendrissants. Un homme qui essaie d’être compréhensif, attentif et qui par amour pour sa compagne, acceptera peut-être de ne jamais devenir père... ou du moins, pas par les voies « naturelles »...
 
Je suis heureuse d’avoir été épaulée dans ce projet par un homme (!), Didier Brunner des Armateurs (« Les Triplettes de Belleville », « Kirikou et la sorcière »...). Pour moi, il s’agit d’un producteur audacieux qui a l’habitude des aventures un peu décalées et des défis peu conventionnels. Ce film en comporte quelques uns, notamment le travail sur les effets spéciaux, la 3D - le ventre qui gonfle, la fontaine d’eau qui jaillit de la jeune trapéziste...et l’expérience des Armateurs dans le domaine m’a été fort utile.