Retour

Kill me please

Kill me please

Un film réalisé par Olias Barco

Avec Aurélien Recoing, Virgile Bramly, Daniel Cohen, Virginie Efira, Bouli Lanners, Benoit Poelvoorde, Saul Rubinek, Zazie de Paris

Copyright : © 2010 – La Parti Production - OXB – Les Armateurs - RTBF

Durée : 95’

Genre : Long métrage en prises de vues réelles

Cible : Adulte

Date de sortie en salles en France : 03/11/2010

 

L’HISTOIRE :
La clinique du docteur Kruger, isolée au milieu des bois, reçoit une subvention gouvernementale afin que le suicide ne soit plus une tragédie solitaire mais un acte médical assisté. Chaque jour, le docteur Kruger reçoit ses riches patients, les écoute un par un et examine avec eux les motifs qui justifient - ou non - leur décision. Avant de passer à l’acte, chacun voit se réaliser un dernier souhait : déjeuner spécial avec mets fins et vins d’excellence, call-girl… ou toute autre lubie ! Mais la « spécialité » de la clinique attise bientôt la colère des villageois. Et tous apprendront alors que personne, vraiment personne, ne peut se permettre de commander la Mort !
 

Crédits

Producteurs délégués : Philippe Kauffmann, Guillaume Malandrin et Vincent Tavier (La Parti Production) / Olias Barco et Stéphane Malandrin (OXB Productions) / Didier Brunner (Les Armateurs)

Coproducteurs : La Parti Production, Oxb Productions, Les Armateurs, RTBF (Télévision Belge), Minds Meet & Mollywood

Réalisation : Olias Barco

Scénario : Olias Barco, Virgile Bramly et Stéphane Malandrin

Direction de production : Vincent Tavier

Chef opérateur : Frédéric Noirhomme

Distribution salle, TV et vidéo / VOD France : Le Pacte

Distribution Internationale : Le Pacte

 

Avec le soutien du Tax Shelter du Gouvernement fédéral belge, les magasins Night & Day, les entreprises KARL HUGO. En association avec la SOFICA CINEMAGE 5

Bande-annonce

Interview d'Olias Barco

ENTRETIEN AVEC LE REALISATEUR
 
Comment est né ce film ?
Après SNOWBOARDER, mon premier film, j’ai voulu me suicider; mon ami scénariste Stéphane Malandrin (que j’avais rencontré aux ateliers d’écriture Equinoxe) m’a dit : « fais plutôt un film ». J’ai cherché de l’argent en France, tout le monde m’a regardé comme si j’étais Django, le cavalier de Corbucci qui s’échappe de son cimetière et traîne son cercueil derrière lui. J’ai appris qu’il existait un pays qui acceptait les réfugiés artistiques : la Belgique. Je me suis enfui avant qu’on ne me remette dans le cercueil. Et c’est à Bruxelles que ce film est né.
 
Comment avez-vous rencontré La Parti, qui a produit entre autres : Calvaire, Aaltra et Panique au village ?
Stéphane Malandrin, un autre réfugié artistique à Bruxelles, scénariste et metteur en scène de OÙ EST LA MAIN DE L’HOMME SANS TÊTE avec son frère Guillaume, m’a présenté à Vincent Tavier, l’un des piliers de LA PARTI. J’avais très envie de rencontrer Vincent, car je savais qu’il avait permis à Benoît Delépine de tourner la page de La World Company, son premier film qui lui avait valu une lapidation en règle à Paris. D’ailleurs depuis AALTRA, on présente souvent Benoît Delépine et Gustave Kerven comme des réalisateurs belges. Vincent a un vrai talent pour sentir ce que les gens doivent faire, et surtout ce qu’ils ne doivent pas faire. CALVAIRE de Fabrice Du Welz est un autre bonexemple de film bien produit par LA PARTI.
 
Vous vous êtes senti « bien produit » par La Parti ?
Disons que j’ai trouvé avec Vincent Tavier et ses deux associés, Philippe Kauffmann et Guillaume Malandrin, une façon de produire qui me convient.
 
C’est quoi cette « façon » ?
Vincent Tavier a fait partie de l’équipée légendaire (légendaire en Belgique du moins) de C’EST ARRIVÉ PRÈS DE CHEZ VOUS. Il a toujours voulu continuer de faire la même chose. Des films libres d’esprits, financièrement, moralement et artistiquement, qui ne demandent rien à personne, se permettent tout, et marquent les esprits par leur ton. Le ton, on l’oublie parfois, c’est aussi une question de production. Ça fait du bien de trouver les moyens de production adaptés à ses ambitions, et à son imaginaire.
 
C’est quoi, précisément, les moyens de production de Kill Me Please ?
Très peu, trop peu pour que je vous dise le montant, sans prendre le risque de décrédibiliser le film. En tout cas : une minuscule équipe, trois semaines de tournage, et les « comédiens stars » en participation. L’appui de Didier Brunner des Armateurs (LES TRIPLETTES DE BELLEVILLE) et de Jean Labadie, avec LE PACTE, a été déterminant.
 
Aurélien Recoing, Benoît Poelvoorde, Bouli Lanners, Virginie Efira, et même Saul Rubinek, l’acteur d’Unforgiven et de True Romance… comment est-ce possible ?
L’amitié a joué un rôle important. Le premier rôle.
 
C’est un film sur le suicide ?
J’ai toujours été fasciné par les suicides qui se font en groupe, comme il en arrive au Japon. Je réfléchissais à une histoire autour de ce thème, lorsque Virgile Bramly m’a raconté qu’il existe en Suisse une association appelée Dignitas, qui a pour vocation d’aider les gens à se suicider médicalement. On a commencé à écrire avec Virgile. Stéphane Malandrin, scénariste avec lequel je travaille habituellement, nous a rejoint dans l’écriture. La rencontre avec Vincent Tavier et LA PARTI production a ensuite été décisive.
 
Est-ce un film sur la clinique Dignitas qui existe en Suisse ?
Non. Il faut déjà savoir que l’association Dignitas n’est pas à proprement parler une clinique. La mort se déroule parfois dans une chambre d’appartement, parfois dans une chambre d’hôtel, et même parfois dans une voiture, parce qu’ils ont des problèmes d’autorisation. J’ai voulu imaginer ce que serait une clinique idéale du suicide médical assisté : une clinique où l’on viendrait mourir en buvant du champagne, dans un cadre magnifique, avec la possibilité d’avoir un dernier souhait exaucé. C’est un film d’anticipation, si vous voulez, qui invente un pays où cette clinique serait devenue officielle, avec ses subventions gouvernementales, ses obligations de résultats, ses règles thérapeutiques et administratives strictes.
 
Vous rigolez avec un sujet sérieux ?
Mon film de référence, c’est LA GRANDE BOUFFE de Marco Ferreri, un film qui a été hué et sifflé à Cannes en 1973, mais qui parle si bien de nous… avec l’ironie et l’humour noir que l’on sait. Ce qui choque, dans le film de Ferreri, c’est moins l’excès de bouffe auquel se livrent les personnages, que le sérieux avec lequel ils le font. Ils se font éclater la panse, oui, mais ils le font sérieusement, en restant concentrés. Le film devient drôle par excès de sérieux, à force de pousser la limite d’une logique imparable, mais presque obsessionnelle : bouffons à en crever. C’EST ARRIVÉ PRÈS DE CHEZ VOUS suivait la même logique : regardons la télé à en crever.
 
Quel serait alors la thématique de votre film ? « Soyons Suisse à en crever » ?!
Ça pourrait être ça (rire). Non, le film ne parle pas de la Suisse… ou peut-être si… finalement, il en parle, si l’on considère que la Suisse est - dans notre inconscient collectif - le pays de l’hygiène, de la propreté, de la norme. Un pays qui veut si bien tout contrôler qu’il prévoit même de contrôler l’incontrôlable… qu’il prévoit même d’ordonner « l’innordonnable », soit en laissant par exemple, une place aux drogués en plein cœur de la ville, soit en laissant une association Dignitas gérer, dans l’ombre de la loi, le suicide des autres. En fait, ce film, c’est ça : à force de vouloir contrôler la pulsion de mort, on va finir par en crever. On vit dans un monde où il faut être « propre sur soi ». Ça serait alors : soyons propres sur nous à en crever !
 
Votre film est une farce ?
La farce a une dominante grossière et bouffonne qui ne fait pas partie du film. En fait… non, ce n’est pas exact, vous avez peut-être raison… la farce entre par effraction dans le film. Les fenêtres de la clinique s’ouvrent brusquement, c’est comme un coup de vent, une tornade, la pulsion de mort éclate au visage de celui qui veut la contrôler.
 
C’est un film gore ?
Pas du tout ! Ce n’est même pas un film d’action! C’est une comédie noire sur la façon dont notre société veut gérer la mort des autres. Si on laissait faire les multinationales ou les grands groupes industriels, ils seraient capables d’intégrer des unités de Suicide Médical Assisté au sein de leur Direction des Ressources Humaines. Le film parle aussi de ça… et de notre fantasme d’une mort propre.